Union des Ingénieurs du Conservatoire national des arts et métiers

GROUPE D’EXPERTS QUALITE CNAM
292 rue Saint-Martin
75003 PARIS

tél : 01 42 72 64 40
Fax : 01 42 78 26 43
Courriel:


Retour au format normal


Séminaire QSE Cnam 2007 : Réflexions sur le management de la Connaissance

27 mars 2008


- Yvon PESQUEUX



- 1 : Le management de la connaissance

  • Introduction : de l’entreprise industrielle à « l’entreprise de la connaissance »
  • 1.1. La connaissance organisationnelle
  • 1.1.1. La polysémie du concept
  • 1.1.2. Les dualités constitutives de la dynamique des connaissances organisationnelles
  • 1.2. Les enjeux méthodologiques de la collecte des connaissances
  • Conclusion

- 2 : La gestion des connaissances

  • La gestion stratégique de la connaissance comme avantage concurrentiel
  • 1. La gestion stratégique de la connaissance consiste :
  • 1. la production des documents ; tous les agents de l’organisation devraient contribuer à la constitution de la base de connaissances ; la structure de cette base de connaissances sera reliée aux process techniques selon la taxinomie qui en a été retenue
  • 2. l’accumulation qui est vue comme l’organisation de la pensée et non comme une simple base de données relationnelle ; la taxinomie d’accumulation choisie en est le principe directeur
  • 3. la diffusion qui passe par des requêtes accessibles à tous les niveaux ; la technique doit venir aider l’intéressé en mettant en œuvre les modes d’accès aux connaissances selon les modes push et pull.

- 3 : L’apprentissage organisationnel

  • Généralités sur l’apprentissage organisationnel
  • 2. Panorama des différentes approches de la notion d’apprentissage organisationnel
  • 3. Les théories de l’apprentissage organisationnel
  • 3.1. Peter Senge et l’apprentissage organisationnel
  • 3.2. Les apports de K. E. Weick à l’apprentissage organisationnel
  • 3.3. Chris Argyris et Donald A. Schön : Apprentissage organisationnel - Théorie, Méthode, Pratique
  • 3.4. Les apports de Ikujoro Nonaka et Hirotaka Takeuchi et le jeu de la dualité « savoirs tacites – savoirs explicites » dans l’apprentissage organisationnel

- En guise de conclusion