Union des Ingénieurs du Conservatoire national des arts et métiers

GROUPE D’EXPERTS QUALITE CNAM
292 rue Saint-Martin
75003 PARIS

tél : 01 42 72 64 40
Fax : 01 42 78 26 43
Courriel:


Retour au format normal


Lambda-mu 17 ; Sûreté de Fonctionnement ; Innovation et Maîtrise des risques

14 juin 2010

De notre collègue :
- Elie Fadier
- Président du comité de programme

Sources : INRS et IMDR



Face aux crises financière et industrielle

qui secouent brutalement le monde entier et face aux exigences économiques, écologiques, réglementaires et à la rareté (voire la pénurie) de certaines matières premières (pétrole, métaux, etc.), tous nos systèmes (industriels, d’exploitation et / ou de service) sont contraints de s’adapter afin de rester compétitifs.

Cette adaptation conduit à :

1. Innover en utilisant de nouvelles techniques et processus porteurs d’avantages et de dangers (nanotechnologies, etc..),

2. Parier sur des performances à venir en prenant des risques financiers,….

3. Recourir à de nouveaux outils et méthodes, acquérir des nouvelles compétences,

4. Modifier les organisations (fonctionnement et / ou structure).

Dans ce contexte, les spécialistes de la maîtrise des risques et sûreté de fonctionnement

demeurent plus que jamais des ressources indispensables dans l’accompagnement des entreprises dans leurs transformations et leur capacité à maintenir de hautes performances en regard des risques industriels, environnementaux et professionnels. Aussi, 32 ans après notre premier congrès lm, il semble bon d’élaborer un important retour d’expérience et de s’interroger sur :

- les évolutions de nos outils et méthodes en matière de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement,
- leur pertinence vis-à-vis des innovations et de la complexité de nos systèmes

En effet, le premier congrès lm avait, en particulier, consacré ses travaux à la fiabilité des composants et au développement des méthodes de base telles que : l’Arbre de Défaillances, l’Analyse des Modes de Défaillances leurs Effets et leur Criticité, etc. Il semble important de s’

ouvrir davantage aux sciences humaines et sociales

qui contribuent de plus en plus à une meilleure compréhension des interactions entre hommes, systèmes techniques et environnement.

Ne vaut-il pas mieux recourir à l’interdisciplinarité en permettant aux diverses disciplines et métiers, de travailler, collaborer et progresser ensemble en vue d’une meilleure maîtrise des risques industriels, professionnels et environnementaux ?

Je vous propose que ce congrès lm 17 soit le reflet des travaux et réflexions actuels en la matière en l’ouvrant à toutes les facettes de la maîtrise des risques. Faisons en sorte que ce congrès soit l’occasion de

nous interroger sur le thème de la fiabilité dans toutes ses dimensions : technique, financière, humaine et organisationnelle

. Engageons-nous à présenter, face au contexte inéluctable d’innovation et de complexité, des pistes de solutions conduisant à une meilleure confiance en nos systèmes.

J’apporterai donc une attention particulière à ce que le comité de programme privilégie les communications traitant des pratiques ou nouvelles méthodes et prenant en compte les interactions entre les

systèmes techniques, organisationnels, humains et environnementaux

avec une vision globale et systémique. Enfin, j’incite l’ensemble des acteurs socio-économiques :

- industriels, investisseurs, ingénieurs, consultants, spécialistes des analyses de sûreté de fonctionnement, de risque et de crise, autorités de tutelle, universitaires, chercheurs, étudiants - à venir témoigner de l’état d’avancement de leurs travaux et présenter les nouvelles approches répondant à ces défis. Ils trouveront ci-après, les différentes thématiques et domaines techniques dans lesquels ils pourront s’exprimer.

Il va de soi que ce congrès fera une large place à tous les secteurs d’activités qui oeuvrent et innovent pour la maitrise des risques : aérospatial, assurances, agroalimentaire, biotechnologie, chimie, énergie (pétrole, gaz, nucléaire, renouvelable), environnement, génie civil, informatique, mécanique, militaire, exploitations offshore et onshore, pharmacie, santé, télécommunications, transports (aérien, automobile, ferroviaire, maritime)

Thématiques


- Accidentologie - phénoménologie
- Analyse de risque et aide à la décision
- Aspects juridiques (impacts, contraintes et responsabilités)
- Conception (système technique, système de travail, équipement de travail, etc.).
- Coûts de la maîtrise des risques
- Culture de sécurité – sûreté
- Développement durable
- Ergonomie
- Etudes probabilistes de sûreté et de sécurité
- Facteurs humains
- Facteurs organisationnels
- Fiabilité prévisionnelle des systèmes – structures – composants
- Formation et gestion des compétences
- Gestion des actifs
- Gestion du cycle de vie, vieillissement et durabilité
- Gestion des risques liés aux établissements de santé (hôpital, laboratoire, etc.)
- Gestion des risques environnementaux
- Incertitudes
- Maintenance : activités, organisation et optimisation
- Méthodes d’optimisation des performances et de réduction des coûts
- Méthodes « risk based »
- Modélisation de la sûreté de fonctionnement et méthodes dynamiques
- Normalisation
- Perception des risques et crises, communication
- Réglementation
- Résilience et maîtrise des risques
- Retour d’expérience, expertise et analyses de données
- Risque projet – risques d’entreprise
- Risques financiers
- Santé et sécurité au travail
- Sécurité et sûreté des structures
- Sécurité industrielle
- Sous traitance : gestion et maitrise des risques
- Soutien logistique
- Statistique avancée
- Surveillance des systèmes, diagnostic et signaux faibles
- Sûreté des réseaux
- Sûreté des systèmes informatiques / programmés