Union des Ingénieurs du Conservatoire national des arts et métiers

GROUPE D’EXPERTS QUALITE CNAM
292 rue Saint-Martin
75003 PARIS

tél : 01 42 72 64 40
Fax : 01 42 78 26 43
Courriel:


Retour au format normal


CAP - Ingénieur Cnam ; Image d’Épinal

6 janvier 2014

Cnam, Ensam, IHEDN, Grenoble INP, Supélec, Université de Braunschweig (Allemagne)

Réponse à une question épistémologique redoutable

Telle la propension, image de l’Orient millénaire, de l’Occident, ce « Conservatoire des Arts et Métiers », ces indicibles imaginaires en constant mouvements, telles ces questions perpétuelles de l’ingénieur Arts et Métiers, selon le processus Cnam, cf. ps.




- Présenté au colloque international « Imaginaires, Savoirs, Connaissance » - novembre 2010 à Angers (49)

Objet

En prenant de la hauteur, indispensable ici, selon un regard vu comme une « image d’Épinal ’’CAP à ingénieur Cnam’’ » notre proposition vise à confronter des productions d’un imaginaire spécifique à une partie de ce milieu et de ses représentations corrélatives, savoirs, savoirs faire, déclinaisons dans ses domaines technique, professionnel, des beaux-arts (tel l’artiste dans son métier), pédagogique... Ce regard peut questionner un art [1], un métier, un domaine des sciences, une éducation, une formation, pour assurer un mieux vivre, modeste, pratique, quotidien, sans chanson (questionnant rarement un domaine des lettres, de la musique).

Problématique

Pour « L’action et le système du monde », la « science des activités humaines, appréhendées sous l’angle de l’exercice du pouvoir » identifie la culture comme un « groupe humain dont les membres individuels (les personnes physiques qui appartiennent à ce groupe) sont liés par un système stable de pratiques, de références et de croyances » [2]. De ce point de vue, le Cnam forme une culture. Quelle en est sa signification ? Sa profondeur ?

Cette Culture Cnam associe des êtres humains de toutes les couches sociales. Certains ont énormément souffert. Il s’agit alors de percevoir et de comprendre ce qui est implicite : écoute, modestie, simplicité, humilité, prudence. Ainsi cette culture Cnam, comme toute la société, est en renouvellement permanent. Ici, elle forme au respect de la valeur humaine.

On y apprend à identifier, à clarifier et à développer notre projet comme une voie à suivre. Sans aucune concession possible il nous faut toujours prouver notre capacité à perfectionner, valoriser, enseigner, éclairer le champ de notre savoir-faire, par la diffusion de la culture scientifique et technique, par la recherche, le développement, la formation, l’apprentissage avec tous, tout au long de notre vie.

Mais selon nos travaux, nos vécus, notre expérience, cette Culture Cnam ne se laisse pas deviner, loin de là. Cet « essai » a donc pour but, d’en donner un éclairage. Aussi nous proposons un cheminement selon trois points de vue associés :

- étymologique ; recherche du sens véritable du terme
- épistémologique ; étude critique d’une science
- méthodologique ; recherche, poursuite méthodologique d’une science.

Pour aider à notre propos nous aborderons des questionnements autour de conservatoire, art, métier, apprenti, compagnon, maître, artisan, professionnel, ingénieur, docteur, professeur, administrateur.

Nous proposerons aussi des regards, images d’Épinal, ou tendance à baptiser ainsi « toute image populaire de couleurs vives, grossièrement gravée sur bois et coloriée au pochoir » [3], pour « désigner une vision emphatique, traditionnelle et naïve, qui ne montre que le bon côté des choses » [4]. Car « en y regardant de plus près, on découvre des stéréotypes et lieux communs, un imaginaire social tout en nous informant sur la société qui les a conçus » [5]. L’on peut « découvrir également des tournants péjoratifs, comme l’attribution de caractéristiques négatives ».

..... voir texte présenté au colloque international « Imaginaires, Savoirs, Connaissance » - novembre 2010 à Angers (49) .....

Faut-il conclure ?

Pas de sens précis, des matériaux historiques, des textes... comme une « volonté de flâner dans ces … imaginaires », d’une Europe encore romantique... lieux communs, fragments, mémoire, images, altérité, soi-même, se tout s’intercale, émerge. « La construction d’une image mentale est faite de transmission, d’expérience propre, de sensibilité et d’a priori, les mots et les images servent » alors « à nous poser des questions sur les rapports entre l’imaginaire collectif et l’individuel. » Des « objets culturels convoqués, porteurs d’un discours social et politique, nous amènent vers un itinéraire magique, marqué par le désir et les utopies. L’exotisme de l’inconnu se joint aux fantaisies de la terre promise et de l’éden sacré, en se projetant dans le papier sous des formes diverses. » [6]

Arrive alors l’instant où le « maître » n’apprend plus que par lui-même, parfois avec d’autres. Chef d’œuvre collégial, ce compagnonnage parfois aux formes artistiques (de beaux exemples au Musée du Conservatoire), qui montre d’autres compétences, habileté, talent, ruse, technique, moyen.

Comme ce concept de navigation stratégique, illustrée par Le Boterf : Même si la vision de ce qu’il y a au delà de l’action, comme la prochaine étape, paraît diffuse, l’atteindre est une satisfaction en soi. L’on définit alors une destination idéale en terme d’épanouissement personnel et professionnel, avec des cibles intermédiaires. Depuis sa position de départ (ouvrier, employé, apprenti, technicien, ingénieur, manager) l’on identifie un ou plusieurs chemins possibles. L’on se concentre sur la réalisation de chaque étape et revoit son "plan de vol" en fonction de ses capacités personnelles (peut-on aller plus loin ?), de ses opportunités professionnelles (saura-t-on ou pourra-t-on valoriser cette première étape, diplomante, par l’obtention d’un poste, d’une mission dans ses cordes ?) de l’offre de formation continuée dans ce que l’on définit ou redéfinit comme sa prochaine vision.

Telle la propension, image de l’Orient millénaire, de l’Occident, ce « Conservatoire des Arts et Métiers », ces indicibles imaginaires en constant mouvements, telles ces questions perpétuelles de l’ingénieur Arts et Métiers, selon le processus Cnam.

Ps ; histoires vécues :
- 1 - Ateliers Renault, 1970 ; "tu sais les ingénieurs Arts et Métiers sont vraiment balaises ; il y a ceux en cours du soir, et ceux en cours du jour"
- 2 - 1967 ; un électricien retraité (devenu entrepreneur) "moi, j’allais aux Arts et Métiers, aux cours du soir, à côté du musée"

Rédacteurs

- Marc Antoni, SNCF, Direction de l’Infrastructure, Pôle Innovation Technologique,
- Philippe Bayard, cadre France Telecom,
- Denis Lebey, Cnam-Lipsor,
- Dominique Mollard, manager public, ingénieur Cnam ,
- Claude Macéra, Auditeur AFAQ,

Remerciements

Pour leurs nombreux conseils et aides multiples à tout niveau, nous tenons à remercier sincèrement ici :

- Evelyne Demartis, Professeur de lycée professionnel
- Anne-Marie Sallé, ex secrétaire générale du GEQC
- Jean-Jacques Berlie, ex directeur QUALI-CAP
- Georges Bertin, docteur HDR en sciences sociales, coordinateur de la recherches en sciences sociales au Cnam des Pays de la Loire, directeur d’Esprit Critique.
- René Chevance, Docteur d’état, ex professeur Centrale et ENSTA, ex professeur associé Cnam
- Yvon Pesqueux, Professeur Titulaire de la Chaire Direction des Système d’Organisation au Cnam
- Laurent Pieuchot, Directeur du réseau Cnam
- Claude Pinet, Auditeur Certifié, directeur de CPI Conseil


[1]  : Compris comme « ensemble de moyens, de procédés conscients par lesquels l’homme tend à une certaine fin, cherche à atteindre un certain résultat » … « Produit de la technique pour modifier la nature dans un but d’adaptation à l’usage de l’homme. » Quelques synonymes « habileté, adresse, technique, moyen, manière »

[2]  : L’action et le système du monde – ch. 1 Unités actives et problèmes praxéologiques – p. 3 – Thierry de Montbrial - édition puf - 2003

[3]  : http://www.universalis.fr/encyclopedie/image-d-epinal/

[4]  : « les images d’Épinal trouvent leurs origines dans l’imagerie, art populaire né au XV° siècle principalement destiné au public illettré des campagnes. » http://blogantipub.wordpress.com/2005/05/16/une-image-depinal-moderne/

[5]  : Texte introductif à Mythiques Amériques. Voyage avec les photographies de Dominique Darbois, Catalogue d’exposition, 27 juin au 11 novembre 2008, Epinal, Le musée de l’image, 2008, 304 p. http://nuevomundo.revues.org/56169

[6]  : Texte introductif à Mythiques Amériques. Voyage avec les photographies de Dominique Darbois, Catalogue d’exposition, 27 juin au 11 novembre 2008, Épinal, Le musée de l’image, 2008, 304 p. http://nuevomundo.revues.org/56169